« L’Ile-de-France est dirigée par et pour Versailles-Neuilly-Passy »

Gratuité dans les transports en commun, taxe sur les SUV… La députée « insoumise » de Seine-Saint-Denis, tête de liste aux prochaines régionales, dévoile ses premières orientations. Et attaque Valérie Pécresse mais aussi Anne Hidalgo. Interview.

date

tags

partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

Extraits de l’interview publiée le 1er décembre dans l’Obs – Par Rémy Dodet

L’obsession de la concurrence et du profit

La région Ile-de-France est dirigée par et pour Versailles-Neuilly-Passy. Valérie Pécresse l’emmène dans une course folle à la compétitivité entre mégalopoles internationales. Cette obsession, qui est celle de la concurrence et de la loi du profit, tourne le dos au bien être des habitants qui sont de plus en plus nombreux à rêver de vivre ailleurs. Elle exacerbe les inégalités et pousse à produire « plus », et non à produire « mieux ». Valérie Pécresse est tout à fait en phase avec des projets tels que celui de [la rénovation de] la gare du Nord, si mercantile et démesuré. L’écologie est un impensé à droite. Je n’ai pas non plus oublié quelques mesures symboliques comme la fin du pass contraception pour les lycéennes et lycéens ou la tentative de suppression de l’aide aux transports pour les bénéficiaires de l’AME (Aide médicale d’Etat), c’est-à-dire les sans-papiers. Cette dernière mesure, retoquée par le tribunal administratif, donne à voir le manque d’humanité de la droite régionale.

Rééquilibrer “est” et “ouest”

Je veux en finir avec les aides aux grands groupes économiques qui se font sans contreparties sociales et environnementales. Aujourd’hui, la région finance Veolia, Engie, des entreprises du CAC 40, sans le moindre cahier des charges qui permette de flécher ces aides. C’est inacceptable ! Nous devrions privilégier les aides vers les PME et TPE aux activités essentielles et soutenables. L’Ile-de-France concentre l’extrême richesse et l’extrême pauvreté. Et Valérie Pécresse n’a cessé d’exacerber un déséquilibre territorial avec le mépris qu’on lui connaît pour les quartiers populaires. Ma priorité sera d’engager un rééquilibrage entre l’est et l’ouest, entre Paris et sa périphérie, notamment sa moyenne et grande couronne.

Pour la gratuité dans les transports

Paris s’est progressivement bunkérisée. Il faut transformer cette frontière que représente le périphérique en trait d’union. Pour une famille avec trois enfants à Sevran, un aller-retour à Paris coûte environ 30 à 40 euros. C’est rédhibitoire. Je suis favorable à la gratuité immédiate pour les moins de 18 ans. La gratuité pour tous doit être notre horizon. Pour financer les investissements indispensables dans les transports publics, il faut augmenter la part des recettes. Pour ce faire, nous pouvons mettre à contribution par l’impôt les grandes entreprises, les parkings des centres commerciaux, les bureaux vacants… Sur ce sujet, nous présenterons dans les mois qui viennent un contre-budget chiffré et détaillé.

Les fondamentaux républicains

Il y a toujours eu débat parmi les républicains sur la façon de faire vivre la République. Si pour échapper à la chasse aux sorcières, il faut cotiser à la pensée dominante, c’est sans moi. Ceux qui nous accusent d’ambiguïté ou nous qualifient de ce mot vide, « islamo-gauchiste », qui n’est que vindicte, cherchent en réalité à tuer le débat. Notre République, elle est laïque, démocratique et sociale. Dans ce triptyque, on oublie trop souvent la dimension sociale alors qu’elle est au fondement du pacte républicain.

Plus d'articles

Clémentine Autain s’est rendue à l’Île Seguin ce matin, où les habitants de Boulogne et les associations se mobilisent…
Valérie Pécresse a dit de nombreux mensonges lors du débat de lundi soir sur LCI. Retour sur plusieurs de…