À situation inédite, mobilisation générale contre la pauvreté des jeunes !

date

tags

partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

Des milliers de jeunes mangent grâce à l’aide alimentaire, d’autres sont en détresse psychologique, un jeune sur six a, d’ores et déjà, arrêté ses études et un tiers se sent en décrochage, ¾ des étudiant·e·s connaissent des difficultés financières… Les jeunes sont celles et ceux qui paient le plus lourd tribut à la crise. Leur pauvreté s’est accrue ainsi que leur relégation sociale en terme d’exercice de leurs droits fondamentaux. Beaucoup ne sont plus en situation d’accéder à un minimum de ressources indispensables.  La solidarité familiale ou la débrouille pour mener de front études et job étudiant ont atteint leurs limites. Les jeunes refusent fort justement d’être la génération sacrifiée. La réponse du gouvernement est tellement en deçà de ce qu’un Etat peut mettre en place en terme de solidarité nationale. Refuser l’extension du RSA pour les 18-25 ans, ne serait-ce que comme une mesure d’urgence, est un marqueur d’une politique de bizutage antisocial pour toute une génération. Quand Valérie Pécresse a été interpellé sur le RSA jeunes, elle a refusée une telle mesure usant de la rengaine usée de l’assistanat. L’Ile-de-France est la première région universitaire avec plus de 700 000 étudiant·e·s. Elle dispose de moyens pour agir : pas des mots mais des actes, pas de charité mais la garantie des droits.  Nous proposons un plan d’urgence pour les jeunes Francilien·ne·s pour garantir leurs droits avec la gratuité des transports pour les moins de 25 ans dès 2021, la création d’un centre de santé par université pour soigner et prévenir, la rénovation des résidences universitaires et la construction de nouvelles et la création d’emplois aidés de solidarité locale, utiles dans les associations ou les services publics locaux financés régionalement et destinés aux jeunes en insertion. La région la plus riche d’Europe doit permettre à tous les jeunes frappés par la crise de pouvoir vivre, étudier, travailler et s’épanouir. 

Céline Malaisé, cheffe de file des communistes

Plus d'articles

Clémentine Autain s’est rendue à l’Île Seguin ce matin, où les habitants de Boulogne et les associations se mobilisent…
Valérie Pécresse a dit de nombreux mensonges lors du débat de lundi soir sur LCI. Retour sur plusieurs de…