Répondre à l’urgence sanitaire avec et pour les Franciliennes et les Franciliens

date

tags

partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

La situation sanitaire en Ile-de-France se dégrade très rapidement. Les indicateurs sont préoccupants avec un taux d’incidence croissant au delà des 300 pour 100 000 habitants et une tension hospitalière supérieure à 70% d’occupation des services de réanimation qui accentue encore la pression sur les personnels soignants. L’absence de stratégie sanitaire, l’incurie à la tête de l’Etat et le fiasco actuel de la vaccination pèsent lourdement sur nos vies. Cette crise que nous vivons depuis un an a profondément transformé notre quotidien.

Nous ne devons pas nous habituer à l’anormalité que constituent un tel niveau de surmortalité ou encore des mesures restrictives de liberté sans efficacité réelle constatée. La confiscation d’un débat démocratique sur la stratégie sanitaire à adopter nous amène à être baladés d’annonces gouvernementales en annonces présidentielles prises en huis clos sans informations éclairées. Les collectivités territoriales ont pallié les manquements de l’Etat durant la 1ère vague. Elles ont un rôle à jouer notamment de part leurs compétences.  

La Région Ile-de-France devrait porter haut et fort une exigence d’un moratoire sur la fermeture des hôpitaux de Bichat et Beaujon à Paris et celui du groupe hospitalier Nord Essonne ainsi que sur la fermeture de services comme celui de la chirurgie cardiaque à Créteil. Dans les lycées et les CFA, alors que le protocole sanitaire national a été allégé à la veille des vacances et que le variant anglais représente 50% des cas, des mesures simples peuvent être prises pour protéger les élèves, les personnels et leurs familles. Equiper toutes les salles closes de capteurs de CO2 permettrait de maîtriser l’aération nécessaire d’autant plus s’ils sont associés à des purificateurs d’air. La Région devrait aussi, en lien avec les départements, les territoires et les communes, coordonner l’implantation de centres de vaccination sur tout le territoire francilien et, ensemble, réclamer les doses nécessaires. 

Protéger les Franciliennes et Franciliens c’est ce que nous voulons. 

Céline Malaisé, cheffe de file des communistes

Plus d'articles

Clémentine Autain s’est rendue à l’Île Seguin ce matin, où les habitants de Boulogne et les associations se mobilisent…
Valérie Pécresse a dit de nombreux mensonges lors du débat de lundi soir sur LCI. Retour sur plusieurs de…