Un budget sensible au genre pour une région 100 % féministe !

date

tags

partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Pour le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, la liste Pouvoir vivre en Ile-de-France a présenté plusieurs revendications pour une région 100 % féministe.

Parmi elles un outil pour l’égalité femme-homme : un budget sensible au genre. Plusieurs collectivités telles qu’Ivry-sur-Seine ou Montreuil appliquent une approche budgétaire genrée pour certaines de leurs compétences. Cela consiste à passer en revue les politiques publiques afin de voir si elles renforcent ou atténuent les inégalités entre les hommes et les femmes. C’est donc un outil budgétaire de correction qui agit pour la mixité et l’égalité. Nous proposons que les attributions des marchés publics, des subventions aux associations, aux établissements culturels, sportifs, aux entreprises, les budgets de la formation, de l’éducation, des transports ou encore de l’aménagement du territoire… soient passés au prisme du genre.

Si la manière dont l’espace public est occupé, de la rue à la cour du lycée, est un miroir des inégalités femmes-hommes, toutes les politiques régionales peuvent contribuer à l’égalité. Je ne prendrai qu’un exemple. En Ile-de-France, la pratique du vélo a bondi de 10 % en 2020 et pourtant les femmes ne représentent que 38 % des cyclistes. Une politique publique doit intégrer cette donnée pour faire disparaître une construction sociale genrée qui freine la pratique cycliste. Cela peut passer par la mise en place de séances d’apprentissage de réparation, par un soutien aux associations organisatrices de « rides » nocturnes féminins… Passer le budget régional au tamis du genre permet de déconstruire des politiques publiques souvent faites par des hommes pour des hommes et d’impulser des politiques d’égalité. 

La crise sociale va, comme toujours, aggraver les inégalités de genre que ce soit en terme d’emploi ou en terme d’accès à des services publics soumis à des réductions budgétaires. L’Islande , après la crise de 2008, a mis en place une budget sensible au genre comme arme anti-crise avec des avancées certaines. Si une région avec un budget de 5 milliards d’euros s’y met, cela pourrait avoir un formidable effet levier. Une historienne vient de chiffrer à 100 milliards d’euros par an le coût de la virilité en France.

En Ile-de-France, nous voulons expérimenter le coût de l’égalité !

Céline Malaisé

Plus d'articles

Clémentine Autain s’est rendue à l’Île Seguin ce matin, où les habitants de Boulogne et les associations se mobilisent…
Valérie Pécresse a dit de nombreux mensonges lors du débat de lundi soir sur LCI. Retour sur plusieurs de…