Pour une région partenaire des territoires franciliens

date

tags

partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

Jusqu’en 2016 existaient des contrats entre la région et les huit départements franciliens. Ils avaient pour objectif de permettre le cofinancement de projets d’investissements sur plusieurs années et étaient un des piliers d’une solidarité territoriale au sein de l’Ile-de-France. Et aussi un moyen d’agir contre les inégalités sociales et territoriales en renforçant l’implication financière régionale dans les départements les moins bien dotés et avec des indicateurs sociaux et économiques les plus faibles. Ce désengagement de la droite régionale a eu des conséquences concrètes pour les Francilien·ne·s avec des projets abandonnés ou ralentis.

Si l’on rapporte les dotations de la région à la population des huit départements, c’est la chute libre entre 2015 et 2019. En Seine-Saint-Denis, la dotation est passé de 19€ à 6€ par habitant, dans le Val-de-Marne, de 16€ à 4€, à Paris de 1,5€ à 0,1€, en Essonne de 6,5€ à 1,5€, en Seine-et-Marne de 5€ à 4€, dans les Yvelines de 13€ à 4€ et dans le Val-d’Oise de 11€ à 3€. Seule la dotation régionale au département des Hauts-de-Seine a augmenté de 4€ par habitant en 2015 à 9€ en 2019 alors que les ressources de ce département sont conséquentes à tel point qu’il n’a aucun emprunt, que chaque année, son excédent budgétaire est de plus d’un demi milliard € et que la fusion des Hauts-de-Seine et des Yvelines, les deux départements les plus riches, est en marche. La droite régionale fidèle à sa nature profonde donne plus aux riches et sabre le soutien régional aux autres ! Il faut en finir avec cette mauvaise gestion de l’argent public et cet égoïsme de la droite régionale qui, dès qu’elle l’a pu, a écorché la péréquation financière.

Le choc de solidarité que nous proposons doit aussi permettre à ce que la région soit un véritable partenaire pour tous les territoires franciliens. L’établissement du prochain CPER (contrat entre l’État et la région) doit être établi en prenant en compte les projets d’investissement, les urgences et les conditions sociales et économiques des départements et des territoires pour les cinq ans à venir. La solidarité territoriale est la clé pour réduire les inégalités dans notre région. Pour être aux côtés des territoires qui en ont le plus besoin, nous mettrons en place une modulation des aides régionales en fonction de critères écologiques et sociaux pour que partout, il fasse bon vivre.

Céline Malaisé

Plus d'articles

Clémentine Autain s’est rendue à l’Île Seguin ce matin, où les habitants de Boulogne et les associations se mobilisent…
Valérie Pécresse a dit de nombreux mensonges lors du débat de lundi soir sur LCI. Retour sur plusieurs de…