Privatisation = dégradation. La preuve par le tram T9

date

tags

partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

Le samedi 15 mai dernier un accident est survenu sur la nouvelle ligne de Tram T9 reliant la Porte de Choisy à Orly-Ville, interrompant durablement la circulation sur l’ensemble de la ligne. Il interroge sur les conditions de sécurité sur cette ligne privée confiée à Keolis, qui a été inaugurée le mois dernier. Il fait suite à plusieurs incidents et aussi à plusieurs démissions de traminots. 

Alors que Valérie Pécresse se félicitait d’avoir fait du T9 la première ligne ouverte à concurrence en Ile-de-France, nous étions nombreux, élu.e.s, syndicats et associations, à dénoncer ce choix du privé.

A la suite de cet accident, les usagers ont été nombreux à déplorer l’absence d’informations de la part de Keolis sur les causes de l’interruption du trafic : pas de site internet, pas d’informations à jour sur les réseaux sociaux de l’opérateur. Même silence de la part d’IDF Mobilités.

En accélérant l’ouverture au privé des transports franciliens, Valérie Pécresse promettait « la satisfaction des personnes transportées ». Cet évènement donne en fait un aperçu des dangers que fait courir cette politique de privatisation à nos transports régionaux.  

Partout où elle a été mise en place, cette politique s’est traduite par des économies de fonctionnement et des pratiques de dumping social de la part des opérateurs, avec à terme une baisse notable de la qualité du service, une dégradation des conditions de travail des salariés, et la mise en danger des usagers.

En témoignent les annonces publiées récemment par Keolis pour le recrutement d’étudiants en CDD afin de remplacer les conducteurs du tram T9 durant la période estivale : les usagers pourront légitimement s’inquiéter de voir les rames conduites non plus par des professionnels expérimentés, mais par des étudiants à peine formés.

Ces dégradations sont bien le résultat du démantèlement du service public tant souhaité par Valérie Pécresse. Il faut dès à présent stopper cette politique désastreuse et, à l’inverse tout mettre en œuvre pour préserver nos transports publics et garantir un monopole public pour tous les transports en commun franciliens.

Céline Malaisé

Plus d'articles

Clémentine Autain s’est rendue à l’Île Seguin ce matin, où les habitants de Boulogne et les associations se mobilisent…
Valérie Pécresse a dit de nombreux mensonges lors du débat de lundi soir sur LCI. Retour sur plusieurs de…