La Grande Confrontation : Désintox

date

tags

partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

Valérie Pécresse a dit de nombreux mensonges lors du débat de lundi soir sur LCI. Retour sur plusieurs de ses fausses déclarations :

Grandpuits :

Total a annoncé en septembre 2020 son intention de cesser le raffinage à Grandpuits, en Seine-et-Marne. Actuellement, ce sont 400 salariés qui travaillent dans cette raffinerie. Avec le projet de reconversion du pétrole aux agro carburants, ce sont 200 postes qui seront menacés sur ce site et 800 postes de sous-traitants, notamment en Seine-et-Marne. Ce projet hypocrite de greenwashing se fait sur le dos des salariés qui porteront le coût d’une transition qui n’a rien d’écologique. La transition écologique que nous souhaitons doit au contraire se faire avec les salariés, et ne provoquer aucune suppression d’emploi. C’est loin d’être le cas ici.

Les salariés du site ont fait grève pendant plus d’un mois au début de l’année 2021. Cette grève a été soutenue par les associations écologistes et des élus et responsables politiques de la FI, dont Clémentine Autain, du PCF, d’EELV… qui sont allés les soutenir. Les conseillers régionaux communistes ont interpellé l’exécutif régional pour que la Région apporte son soutien aux salariés… ce qui a été refusé par la droite régionale et Valérie Pécresse. Il aura fallu attendre le 19 mai pour que Valérie Pécresse, candidate à sa réélection, daigne enfin se déplacer sur le site de Grandpuits pour soutenir le projet de greenwashing de Total en rencontrant sa direction et des syndicalistes minoritaires… une mascarade électorale et une mascarade sociale !

Suppression de la tarification sociale pour les bénéficiaires de l’AME

Dès février 2016, au mépris de la loi, Valérie Pécresse avec le soutien des élus du Rassemblement national avait supprimé l’aide régionale au transport des sans papiers bénéficiaires de l’aide médicale d’État. Cette décision discriminatoire, stigmatisante a été par QUATRE fois jugée illégale par la justice ! Etre républicaine c’est en premier lieu respecter les lois de la République. Ce que n’a pas fait la droite régionale.

> Voir le communiqué inter-associatif consacré à cette condamnation

Charte de la laïcité et des valeurs de la République

La droite régionale de Valérie Pécresse a rédigé au mépris de la loi une charte mal-nommée « de la laïcité et des valeurs de la république ». Rappelée à l’ordre par le Conseil de l’Egalité et par le Préfet, elle a dû la réécrire une première fois. Puis quand sa charte a été annulée par le tribunal administratif, celui-ci ayant été saisi par les conseillers régionaux communistes, elle l’a réécrite une nouvelle fois. Se gargariser des principes de la République sans savoir ce qu’ils sont selon la loi, c’est ce que n’a cessé de faire la droite régionale.

> Article du Parisien

Clause Molière

A quelques encablures de la présidentielle de 2017, la droite de Pécresse a tenté d’imposer une mesure xénophobe dans les marchés publics d’Ile-de-France. Comme Wauquiez en Auvergne-Rhône-Alpes, Pécresse s’est imaginée que seules les entreprises n’embauchant que des ouvriers parlant français pourraient obtenir un marché de la région. Cette clause Molière n’était que fourberie identitaire et tartuferie illégale car le Préfet l’a retoquée.

> Article dans Le Point

Plus d'articles

Clémentine Autain s’est rendue à l’Île Seguin ce matin, où les habitants de Boulogne et les associations se mobilisent…
Valérie Pécresse a dit de nombreux mensonges lors du débat de lundi soir sur LCI. Retour sur plusieurs de…