Les têtes de listes par département

Sophia Chikirou

Tête de liste à Paris (75)

Dirigeante d’une société de communication, Sophia Chikirou est aussi éditorialiste sur BFM TV et directrice de la publication du site d’actualités Le Monde en Commun. Elle est la rédactrice du livret programmatique sur les médias du mouvement La France insoumise. Engagée en politique depuis ses 15 ans, elle est l’auteure du livre « Ma France laïque » (Ed. La Martinière). Elle a longtemps été active au sein d’associations féministes et se consacre depuis quelques années aux questions internationales.

Julie Garnier

Tête de liste Seine-et-Marne (77)

Habitante de la Grande Couronne d’Ile-de-France, Julie Garnier a grandi à Evry de sa scolarité en ZEP jusqu’à l’université d’histoire. Aujourd’hui Seine-et-marnaise et jeune maman, elle est confrontée quotidiennement aux contraintes que sont l’éloignement, les difficultés d’accès à l’emploi, aux soins, aux études. Lors de son premier entretien d’embauche, le train qui devait l’emmener a été supprimé. Une réalité récurrente pour des millions de personnes : avoir le nœud au ventre parce qu’il n’est jamais sûr d’être là à temps pour un travail ou récupérer ses enfants. Ce n’est pas une fatalité mais le résultat de choix politiques qui ont toujours desservi les mêmes. C’est pour cela qu’elle s’engage aujourd’hui : servir tous ceux qui ont été oubliés. 

Nelly Dutu

Tête de liste dans les Yvelines (78)

A 63 ans, Nelly Dutu est membre du comité exécutif du Parti communiste français dans les Yvelines. Jeune retraitée et professeure des écoles de formation, elle a été bénévole pendant nombre d’années au Secours Populaire Français, au plus près des oubliés de la politique de Valérie Pécresse. Puis c’est à La Verrière, ville où elle réside, qu’elle exerce un mandat d’adjointe à la jeunesse, avant d’être élue maire de La Verrière d’avril 2016 à juin 2020.

Annie Dailly

Tête de liste dans l'Essonne (91)

Essonnienne depuis toujours, Annie Dailly est mère de 4 enfants et enseigne dans une école située en REP (Réseau d’Education Prioritaire). La question de la jeunesse et de son environnement futur est au cœur de ses engagements. Militante syndicaliste issue des mouvements sociaux de 2019 contre la Loi travail et la Réforme des Retraites, bénévole associative auprès des plus démunis, elle cherche sans relâche à donner du sens à la solidarité À Saint Germain Lès Arpajon, elle se bat en tant que conseillère municipale d’opposition contre les conséquences du désengagement de l’Etat. Il est temps de bien vivre dans nos territoires franciliens !

Aïssa Terchi

Tête de liste Hauts-de-Seine (92)

A 42 ans, Aïssa Terchi est père de trois jeunes enfants. Militant des quartiers populaires et conseiller municipal d’opposition à Clichy, il est responsable d’un service municipal Enfance & Petite Enfance. Diplômé de l’université de Nanterre, il milite depuis l’âge de 17 ans, d’abord contre les discriminations et les violences policières, puis dans le milieu associatif sportif et culturel. Il rejoint le Front de Gauche en 2010, puis représente la France Insoumise aux élections législatives de juin 2017 dans les Hauts-de-Seine. Le combat pour l’égalité est au cœur de son engagement, un symbole dans ce département le plus riche de l’Ile-de-France, mais aussi l’un des plus inégalitaires. 

Christophe Prudhomme

Tête de liste en Seine-Saint-Denis (93)

À 60 ans, marié et père de deux enfants âgés de 32 et 28 ans, Christophe Prudhomme est médecin urgentiste au SAMU 93 au sein de l’hôpital Avicenne de Bobigny depuis 1987. Syndicaliste, il porte la voix de l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF) et est membre de la commission exécutive de la Fédération CGT de la santé et de l’action sociale. Investi dans la vie politique de sa ville, il a été conseiller municipal de Pantin entre 1989 à 1995. Administrateur de la caisse de retraite IRCANTEC de 2007 à 2020 et membre du Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie (HCAAM) depuis 2009, il participe activement depuis 2 ans au mouvement social hospitalier en lien avec le Collectif Inter-Urgences et le Collectif Inter-Hôpitaux.

Fabien Guillaud-Bataille

Tête de liste dans le Val-de-Marne (94)

Engagé très tôt en politique, c’est à l’université lors du grand mouvement de grèves de 1995 que Fabien Guillaud-Bataille milite syndicalement, puis politiquement au Parti communiste. Installé en Ile-de-France depuis 1998, il tombe en amour pour le Val-de-Marne et ses habitant.e.s et n’en repartira plus. Il y découvre la chance de vivre dans la région la plus peuplée et la plus jeune de France, tout en constatant les inégalités révoltantes qui marquent cette région. Conseiller régional d’opposition, il combat la politique de la droite à la Région et se bat dans l’intérêt de tous les Franciliens sur les questions de transports et de sécurité. 

Paul Vannier

Tête de liste du Val d’Oise (95)

Paul Vannier est né et a grandi en Ile-de-France. Il y travaille aujourd’hui et y a construit sa vie en tant qu’enseignant, parcourant l’Académie de Créteil depuis plus de 10 ans. Il a donc vu de près les locaux délabrés et les profondes inégalités qui traversent notre territoire. Mais il constate aussi les formidables ressources de la jeunesse francilienne, la force de celles et ceux qui font vivre notre service public. C’est le fondement de son engagement dans cette campagne : le combat pour l’égalité et la préparation de l’avenir par une nouvelle politique publique en faveur des lycées.