Ma biographie

Engagée depuis mes années étudiantes dans la vie sociale et politique française, j’ai à cœur de défendre la justice, l’égalité, le partage des richesses et l’écologie. Ma boussole, c’est l’émancipation humaine. Ma conviction, c’est que nous devons unir les forces sociales et écologistes qui portent un changement en profondeur.

Militante depuis l'université

Fille d’artistes, j’ai grandi à Paris, autour de la place Clichy. Étudiante à l’Université Paris VIII-Saint-Denis et boursière pendant cinq ans, j’ai obtenu un DEA d’histoire, ce qui correspond aujourd’hui à un master II. J’ai dans le même temps commencé à militer, à l’UNEF et à l’UEC, avant de participer au lancement de la Fondation Copernic. 

Déjà, nous voulions « remettre à l’endroit tout ce que le libéralisme économique mettait à l’envers ». Plus tard, j’ai activement participé à la bataille contre le Traité constitutionnel européen en 2005 puis aux collectifs antilibéraux. Depuis cette époque, et plus encore aujourd’hui, le libéralisme économique m’apparaît comme un puissant frein à la liberté, valeur à laquelle je suis si viscéralement attachée. 

Défendre ma ville, mon département

En 2001, j’ai participé à la victoire de la gauche à Paris, aux côtés de Bertrand Delanoë dont je fus adjointe en charge de la jeunesse jusqu’en 2008. Puis mes choix de vie m’ont conduite à m’installer avec ma famille (je suis mère de deux enfants) en Seine-Saint-Denis, et d’inscrire mon action dans la politique locale des villes de Sevran, Villepinte et Tremblay. 

Cette décision est à mes yeux une promesse : celle de m’engager contre les inégalités territoriales et de faire entendre la voix des habitants des quartiers populaires. Conseillère municipale de Sevran puis députée de la 11ème circonscription de Seine-Saint-Denis depuis 2017, je me bats résolument pour l’égalité et la dignité.

Engagée dans le combat féministe

Je suis également engagée dans le mouvement féministe. En 1997, j’ai co-fondé l’association « Mix-Cité ». Promouvoir l’égalité femmes-hommes et refuser toute forme de domination est au cœur de mes engagements. 

C’est aussi dans ce sens qu’en 2012, j’ai initié le Manifeste des 313 femmes déclarant publiquement avoir été victimes de viol. C’était avant la vague #MeToo, qui m’a tant émue et réjouie. L’onde de choc de cette libération de la parole ne cesse de déferler. Les pouvoirs publics doivent maintenant accompagner cette transformation profonde de la société.

Défendre mes idées

Je suis également auteure de plusieurs essais, comme Alter égaux, Les machos expliqués à mon frère ou Le retour du peuple. Plus récemment, j’ai fait un pas de côté en publiant un ouvrage sur ma mère, l’actrice Dominique Laffin, qui est morte quand j’avais douze ans. 

Puis je suis revenue à mon genre politique avec À gauche en sortant de l’hypermarché. Manière de pointer comment le monde marchand a dévasté nos vies et d’affirmer qu’il est non seulement souhaitable mais possible de changer le sens de notre organisation sociale. À travers ce lieu, j’ai voulu montrer combien les enjeux sociaux et écologistes sont imbriqués. Fin du monde, fin du mois ? Même combat !